Membres

samedi 22 avril 2017

Dieu pardonne lui pas ! de Stanislas Petrosky

Requiem est de retour


4° de couverture 

Estéban Lehideux, dit Requiem, est de retour.
Le curé exorciste débarque cette fois sur le port du Havre.
Il y découvre un docker bien sous tous rapports_si, si, ça existe_ accusé de meurtre une boîte d'import-export d'objets et de matériel pas très catholique; un syndicaliste forcené mais pas mauvais bougre; des fanas du troisième Reich, et bien évidemment une accorte jeune femme tellement mal fringuée qu'il s'empresse toujours, dès qu'il la croise de la déshabiller!
Entouré de ces drôles de paroissiens notre héros, un Don Camillo carburant à la bière plus qu'à l'eau bénite, va devoir jouer du goupillon et faire quelques entorses aux règles de son ministère pour parvenir à distinguer le bon grain de l'Ivraie...


Mon ressenti 

Suite à un concours sur la page auteur de Stanislas Petrosky,  j'ai gagné le deuxième tome de sa nouvelle série que j'aime beaucoup, elle est complétement déjantée et le personnage principal Requiem est un bel homme, cheveux long style américain possédant un magnifique mustang, il ferait rêver toutes les jeunes femmes, le seul hic c'est un curé, heureusement il est vachement open.
Un curé exorciste qui combat les démons et il lutte contre le mal.
"Pas possible ! Un homme d'église qui enquête sur des affaires pas très catholiques. "
(Mercenaire du Christ où soldat du boss son patron c’est le bon Dieu.)
Il se retrouve à nouveau embarqué dans une histoire de meurtre, un syndicaliste est accusé à tort,  il va se fondre dans la masse et réussir à découvrir se qu'il se trame dans cette entreprise gérée par un réseau sectaire nazi, un trafic d'objets rares.
 Comme dans le premier tome, il va hélas se retrouver constamment en présence du sexe opposé, que du bonheur pour lui qui va se donner à son activité favorite, « le sport de chambre ». Les femmes, il ne peut pas résister à leurs charmes, leurs courbes le rende très dur.
 De long en large et en travers, il donne tout ce qu’il peut mais à chaque fois c’est des remords alors il va retrouver le grand patron dans son église pour se confesser.
 Alors les nazis vont devoir affronter un super curé hors normes qui va les remettre à leurs places, à six pieds sous terre.
 J'ai été ravie de retrouver des noms de personnes que je croise souvent sur la toile, ils se reconnaitront.
Comme j'ai bien compris, il va falloir attendre la suite des aventures du curé le plus sexy que je connaisse.
Donc en conclusion, je peux vous dire que j'ai adoré cette deuxième épopée; je me suis régalée.
C'est a se tordre de rire, le personnage est un cas, il ouvre plus souvent sa braguette que son missel, c'est un anti-héros qui me plait beaucoup, je prendrai bien une bière avec lui au pub le Trappist.
Lisez le vite.


Pour commander ce livre cliquer sur le lien ci-dessous:

http://www.editionslajouanie.com/dieu-pardonne-lui-pas-de-stanislas-petrosky.html


Auteur 

L’individu qui se cache derrière le pseudonyme de Stanislas Petrosky est français et vit en Normandie, à quelques kilomètres du Havre.
Sa profession, thanatopracteur, n’est probablement pas pour rien dans son goût pour le crime et l’humour… noir.
Cet auteur atypique voue un culte immodéré à Frédéric Dard. Sa plume est trempée dans la même encre. Résultat, on se passionne, on se gondole, on frémit, bref on se régale. La preuve c’est Nadine Monfils, la mère de Mémé Cornemuse et d’Evis Cadillac qui signe la préface et pour le second opus Dieu Pardonne, lui pas ! C’est cette fois Patrice Dard, le propre fils du maître et heureux continuateur de San Antonio, qui bénit le bouquin et signe une présentation aux petits oignons…

Romans :
Ravensbruck mon amour, Atelier Mosésu, 2015
L’Amante d’Étretat, Atelier Mosésu, 2016
Je m’appelle Requiem et je t’… Éditions Lajouanie, 2016


2 commentaires:

  1. Merci très chère pour cette chronique et bon dimanche.
    Bises.

    Stanislas P.

    RépondreSupprimer