Membres

samedi 16 octobre 2021

Monstrueuse féerie de Laurent Pépin

FLATLAND EDITEUR 



https://novelliste.redux.online/?fbclid=IwAR0owQ7WKUUNeOVivfAnxFrp3asUfKw8RgINYhUaoBZ9fMvJdywHy81gB60


4° de couverture 


Depuis toujours, j'ai du mal à établir des contacts avec les gens "normaux". Quand je suis dans le trou noir, la tronche à l'envers, avec l'envie d'engueuler le vent et les oiseaux, je me dis parfois que ce sont des modèles en série, des ersatz, des brumes floues, sans consistance.

Alors que les bizarres, c'est plus noble. Eux, ce sont des modèles uniques qui sont nés sans mode d'emploi et en kit et qui ont dû se fabriquer seuls. Alors, bien sûr, ça donne des constructions très personnelles. Les idées ne sont pas au bon endroit, ou bien elles sont morcelées ou trop vastes, sans limites. Et parfois, il manque des pièces. C'est le problème des trucs en kit.

Je suis devenu psychologue et je travaille dans ce centre.
Souvent mon boulanger me demande si ce n'est pas trop dur de travailler avec les "fous". Moi j'ai envie de lui répondre que ce qui est vraiment dur, c'est plutôt ce genre de dialogue, mais je me tais.

Et je ne peux pas répondre que parmi les monuments, on peut trouver des elfes.

 


Mon ressenti


J'ai bien aimé ce roman qui nous parle d'une famille pas comme les autres, le personnage principal qui est psychologue va m'épater en racontant son histoire qui grace à la plume de l'auteur prend toute son élégance.  

Au niveau perché, il est bien tout en haut de la branche. 

Il m'a raconté son histoire de famille très incroyable et aussi son amour pour son Elfe. Mais hélas il ne remonte pas l'échelle et il sombre dans l'âbime de son esprit tordu.

Il tombe en bas de son arbre et se retrouve vraiment très mal dans un cauchemar replis de monstruosités. 

Pour soigner les gens malades du cerveau, il faut avoir une grande expérience dans le domaine. 

Dans cette aventure et dans l'esprit flouté du personnage, il y a des moments qui font vraiment peur mais je me suis souvent posé les questions. 

Rêves ou réalité ? 

C'est quoi cette famille de fous ? 

Il doit surement arrêter l'alcool car ses parents dans ce récit font trop flipper, des monstres et les odeurs de putrefaction. 

Mais, heureusement qu'il garde espoir au retour de son amour,  son elfe qui pourra peut-être le sauver de cette folie où pas.

 Il y en a des histoires qui sortent du subconscient de cet homme souffrant. 

Merci à l'auteur de m'avoir permis de découvrir cette monstrueuse féerie qui m'a bien divertie. Belle plume qui m'a entrainée dans cette histoire de folie. 


Auteur 




Laurent Pépin est psychologue clinicien de profession. Il est né en 1980 et réside à Saintes, en Charente-Maritime.

Diplômé de l'Université Rennes 2 (2006-2011), il est devenu psychologue à l'âge de 30 ans après avoir exercé plusieurs emplois, dont celui d'aide-soignant en EHPAD.

"Monstrueuse féerie" (2020) est son premier texte publié.

"Angélus des Ogres", son second roman court, est paru en 2021.


Les eaux noires d' Estelle Tharreau

Editions Taurnada 

 

4° de couverture 


Lorsque les eaux noires recrachent le corps de la fille de Joséfa, personne ne peut imaginer la descente aux enfers qui attend les habitants de la Baie des Naufragés.
L'assassin restant introuvable, à l'abri des petits secrets et des grands vices, une mécanique de malheur va alors tout balayer sur son passage…
Les révélations d'un corbeau, la détresse d'une mère et le cynisme d'un flic alimenteront l'engrenage de la rumeur, de la suspicion et de la haine.
Joséfa réussira-t-elle à survivre à la vérité ?


Mon ressenti


C'est encore une fois un régal de découvrir le dernier thriller d'Estelle Tharreau. 

Cette fois je me suis laissé emporter au bord de la mer où le corps de Suzy a été découvert, c'est un démarrage en lecture assez sombre et humide. 

Pour Joséfa sa maman, c'est le début d'un combat contre tous les habitants de la baie des naufragés afin de connaître la vérité sur la mort tragique de sa fille. 

L'auteure encore une fois nous transporte dans une enquête qui va durer deux longues années, une enquête qui mène à rien. Un nouveau policier Thomas Casano est sur l'affaire et lui ne va pas se faire berner par tous gens. 

Dans cette histoire il y a beaucoup de suspects mais c'est souvent ceux à qui on devrait donner notre confiance qui sont les pires. 

Ce thriller m'a beaucoup plu et jusqu'à la fin je suis resté surprise par la tournure des évènements.

Au départ, j'étais chagriné par la mort de Suzy et la souffrance de Joséfa. Décidément dans son deuil, elle ne va pas être réconfortée par les habitants aigris de la baie des naufragés. Il y a beaucoup trop de secrets cachés dans cet endroit  maudit. 

Je vous conseille vivement de lire ce roman car il est surprenant. 

Merci beaucoup aux éditions Taurnada pour leur confiance. 



Auteure 





https://www.estelletharreau.com/biographie

https://www.taurnada.fr/2016/03/22/entretien-avec-estelle-tharreau/


Née en 1974 en banlieue lyonnaise, je passe mon enfance et mon adolescence dans les montagnes du Vercors (Drôme).

Le bac en poche, je regagne Lyon pour entamer des études de Lettres poursuivies à Paris avant de m'orienter dans le monde du Transport.

Après des emplois dans le secteur privé et public qui ont été à l'origine de belles découvertes professionnelles en Guadeloupe et en Côte d'Ivoire, je pose mes valises en Franche-Comté, région où mon aventure littéraire commence.

Férue de littérature depuis l'adolescence, je me lance dans l'écriture en 2015 avec mon premier roman Orages qui n'a pas vocation à être publié et le sera cependant.

En 2016, la maison d'édition Taurnada me propose mon premier contrat d'édition.

Après la parution de mon second roman, L'Impasse, en 2017,  je fais le choix de me consacrer exclusivement à l'écriture. L'Impasse obtiendra le Prix Mine de Talent.

2018 sera l'année de la sortie de mon troisième roman, De la terre dans la bouche, mais également, du lancement d'une série de nouvelles d'anticipation sur le thème du numérique, Digital way of life.

En 2019 sort Mon ombre assassine, le portrait d'une tueuse en série, qui sera sélectionné au Festival de Cognac dans la catégorie "Meilleur roman francophone" ainsi que pour le Prix de l'Evêché.

2020 est l'année de l'expatriation à Dakar et de la sortie de La peine du bourreau, mon cinquième roman, sélectionné pour le Prix Dora Suarez et le Prix du roman noir 2021 du Festival de Cognac.

Romans noirs et nouvelles d'anticipation.

Des idées, des écrits.

L'aventure n'est pas terminée...

jeudi 7 octobre 2021

Le paradis des vauriens de Wendall Utroi

Editions Slatkine & Cie 

 4° de couverture 


Le noir paradis des amours enfantines

« Dans ce nouveau roman, j’ai voulu donner vie à deux enfants blessés : Kalya, d’origine tsigane, que recueille un ferrailleur, et Sans-Nom, un gamin un peu chétif, fils d’une prostituée. L’histoire prend sa source dans lesplaines du Nord au milieu des années 30 et vient mourirdans le sud-est de la France beaucoup plus tard. 

Deux lieux, deux époques et deux terribles destins. Aimer le destin, c’est le forcer à vous écouter pour que, un jour, à son tour, il vous aime un peu.
J’ai une affection particulière pour ces deux personnages. Ils m’habitent depuis toujours. Je voudrais tellement qu’ils entrent dans vos vies. » 
Wendall Utroi

https://www.slatkine.com/fr/slatkine-cie/75171-book-0744187-9782889441877.html


Mon ressenti 

Cette lecture fut pour moi un grand moment d'émotion, quelques larmes en refermant ce livre magnifique. En découvrant l'histoire de cet homme écorché vif que la vie n'a pas épargné. 

C'est tout d'abord un roman qui parle d'amitié et d'amour entre deux enfants, de leurs enfances difficiles et de la séparation qui laisse aux gens des séquelles à vie.

C'est un roman qui m'a parlé de sujets tellement graves, des sujets qui me mettent à chaque fois les nerfs à fleur de peau.

 Je ne vais pas raconter l'histoire mais juste vous dire que j'ai adoré ce roman qui m'a mise dans des états de colère, de haine et de souffrance, je ne suis pas prête d'oublier par où ce garçon et cette jeune fille sont passés et les moments qui m'ont marqué.

 L'homme qu'il est devenu par la suite " sans nom" sera vide d'émotions et d'amour mais rempli de violence et de haine, il se laissera charmer par une jeune femme qui va l'emporter dans un endroit mystérieux. 

Un monde sous l'apparence calme et isolée qui cache beaucoup de secrets.

Des secrets immondes qu'il va devoir garder, jusqu'au jour où il va comprendre la vérité. 

C'est à ce moment que la colère éclate et va déclencher une guerre entre lui et ceux qui l'ont trahi. 

Je suis encore une fois tombée sous le charme du dernier roman de Wendall Utroi, ces histoires à chaque fois me font exploser le coeur. Beaucoup d'émotions, de souffrances et j'avais envie de crier à certains passages. 

Je vous conseille de découvrir rapidement le paradis des vauriens qui lui en vaut vraiment la peine. 

Merci à l'auteur et aux éditions Slatkine & Cie pour leur confiance. 


Auteur

Wendall Utroi source: Twitter 



Wendall Utroi est un auteur français de romans à suspense.

 Policier aux différentes facettes, officier de police judiciaire (OPJ), instructeur, Wendall Utroi est curieux de tout et attiré par les missions à l’étranger.

 Il a commencé à écrire son premier roman "Un genou à terre" alors qu’il était en mission en Afghanistan en 2009, puis "Le dompteur de pluie", "L'enjeu", "Wanda" et "Comme un phare dans la tourmente".
En octobre 2021, il publie chez Slatkine & Cie « Le paradis des vauriens ».

www.wendallutroi.fr

vendredi 1 octobre 2021

Black Sunday de Tola Rotimi Abraham

 

Editions Autrement Littérature 


 Masse critique Babelio 


4° de couverture 


Bibike, Ariyike, et leurs frères Peter et Andrew tombent dans la pauvreté du jour au lendemain. 

Pour ces quatre enfants de la classe moyenne aisée nigériane, ce qui hier semblait acquis devient l’enjeu d’une lutte constante.

 Abandonnés par leurs parents, ils se réfugient chez leur grand-mère et survivent comme ils le peuvent à Lagos, ville âpre et convulsive.

 Si la vie est difficile pour tous, elle est particulièrement cruelle pour les deux sœurs : être une femme au Nigeria, c’est avant tout être considérée comme une proie.

 Proie pour les hommes, la religion, la religion des hommes.

 Black Sunday fait une peinture sans fard d’une société nigériane gangrénée par la corruption et met en lumière son rapport brutal aux femmes. 

Une lueur d’espoir vacillante, mais bien présente, sourd pourtant au milieu des pages.

 Avec ce premier roman, Tola Rotimi Abraham entre de plain-pied en littérature d’une écriture tranchante, sans compromis.


Mon ressenti 


Magnifique premier roman, je l'ai dévoré en quelques heures, merci babelio et masse critique. Mon premier roman de la rentrée littéraire 2021. 

 Impossible de le lâcher car cette histoire est vraiment très prenante et la plume de l'auteure est incroyable. Un voyage au Nigéria qui m'a vraiment marqué, j'avais l'impression d'être sur place. 

Une histoire de famille à Lagos, le père, la mère et leurs quatres enfants, belle à certains moments et déchirante à d'autres. 

Deux garçons, Peter et Andrew et des jumelles Bibike et Ariyike qui vont devoir subir les mauvais choix de leurs parents et grandir avec la haine et la rancoeur. 

Ils se sont fait duper par un homme d'église, ils vont se sauver afin de recommencer une nouvelle vie en oubliant leurs progénitures. 

ils se sont retrouvés abandonnés chez leur grand-mère et la vie n'était pas toujours rose faute de moyens ils devaient se débrouiller et travailler. 

Ce roman nous raconte la vie dans ce pays comment se passent les moments de bonheur, de joie, de tristesse. Des moments aussi pénibles, honteux et inoubliables. 

Chaque chapitre appartient à un des personnages et nous parle de souvenirs, du ressentiment et de leur parcours plus ou moins brillants. 

 Un homme d'Église sera jugé, non pas par l'Église qui est aveugle mais par la justice divine et ça Ariyike est prête pour ce jour.

 Au prix d'efforts impensables et d'une patience a toute épreuve. 

Cette histoire prend aux tripes et nous parle de la condition des femmes dans ce pays, des hommes et du comportement de certains, du sexe et des religions. Sexe et religion qui parfois cachent des âmes assez perverses et vicieuses. 

Une histoire qui m'a beaucoup plu et des chemins de vie incroyables, un grand bravo à l'auteure. 


Autrice 


https://www.forcoloredgirlsbookclub.com/interviews/interview-with-tola-rotimi-abraham

Née à Lagos, au Nigeria, Tola Rotimi Abraham vit aux Etats-Unis.

Après avoir enseigné l'écriture créative à L'université de L'Iowa, elle poursuit aujourd'hui des études de journalisme. 

Elle est l'autrice de nombreuses nouvelles et articles parus dans divers journaux et revues.

 Black Suday est son premier roman. 




Transaction de Christian Guillerme

Editions Taurnada


4° de couverture 


Un site de petites annonces en ligne comme il en existe des dizaines.

L'arnaque de trois amis, noyée parmi des milliers de bonnes affaires.

Un individu dangereux qui sommeille au milieu des acheteurs potentiels.

Quelle était la probabilité qu'ils se croisent ?

Transaction… l'engrenage fatal est enclenché !


Mon ressenti


Un thriller psychologique avec beaucoup de surprises, il m'a emporté dans le quotidien et les vies d'Alphonse, Johan et Manal qui sont amis depuis leur enfance. Des histoires de vies très émouvantes et des parcours différents. 

 Un simple achat en ligne va être le début d'une quête de vengeance pour un personnage mystérieux qui va les pousser jusqu'à un point de non retour. 

Alphonse devient dingue suite à la disparition de ses amis pour lui ce sera une véritable descente aux enfers. 

Personnellement je me suis posée plein de questionsl'écrivain a bien joué avec mes nerfs et c'est le but du jeu

Cette histoire est très prenante et jusqu'au bout, il nous entraine encore dans un 
univers psychotique et effrayant tout comme dans son roman précédent Urbex Sed Lex.
 La vente en ligne ne devrait pas se passer comme ça normalement mais dans le monde actuel rien n'est impossible. 
C'est effrayant comme histoire mais elle pourrait être vraie. 

Un thriller psychologique qui m'a bien retourné la tête, je ne savais plus quoi penser

L'auteur nous emporte dans une histoire pleine de suspense et d'action jusqu'au bout, alors, accrochez-vous!

Je vous conseille vivement et je remercie les éditions Taurnada. 

 

Auteur 


Christian Guillerme source: Facebook 


Christian Guillerme est nouvelliste et romancier, auteur de thrillers.

Ancien musicien de studio et bassiste dans des groupes de rock, il est informaticien de formation.

Il exerce la profession de concepteur fonctionnel au sein d'une grande entreprise du tertiaire dans le quartier d'affaires de La Défense.

Il est l'auteur de nombreuses nouvelles à l'ambiance noire et inquiétante sur la plateforme Short Edition, et a participé également à plusieurs recueils (Tous pour Boilt, Le refuge...).

"La corde de Mi" (2018), son premier roman, visuel et haletant, s'inscrit d'emblée dans la grande tradition des thrillers qui mettent en scène des personnages ordinaires confrontés à quelque chose de terrifiant.

Son second thriller, "Urbex Sed Lex", est paru aux éditions Taurnada en 2020.

Il est également auteur d'une romance, "Je craque pour toi" (2020), écrit sous le pseudonyme de Chris Charvel.

Christian Guillerme vit actuellement en Seine-et-Marne.

Page Facebook:

https://www.facebook.com/chris.guillerme/

Twitter: Twitter : https://twitter.com/auteurchristian

Instagram: https://www.instagram.com/kryss6302/?hl=fr

dimanche 19 septembre 2021

Shibumi de Trevanian

Editions Gallmeister 


 4° de couverture 


Nicholaï Hel est l’homme le plus recherché du monde. Né dans les montagnes près de Shanghai, fils d’une extravagante aristocrate russe et protégé d’un maître de go japonais, il a survécu à la capitulation du Japon, puis à la prison des Soviétiques pour en émerger comme l’assassin le plus doué de son époque. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d’excellence personnelle : le shibumi. Désormais retiré dans son château du Pays basque en compagnie de sa ravissante concubine, Nicholaï accueille une jeune étrangère venue chercher son aide. Il se retrouve alors traqué par une puissante et redoutable organisation internationale, la Mother Company, et doit se préparer à un ultime affrontement.


Shibumi, le chef-d’oeuvre de Trevanian, est un formidable roman d’espionnage et une critique acerbe de l’Amérique. Avec, toujours, l’intelligence et l’humour noir qui sont la marque de fabrique de cet auteur exceptionnel.


Mon ressenti


Comme souvent, j'écoute mon instinct et le jour où j'ai acheté ce roman c'était comme un jackpot au casino. 

Shibumi c'est un roman qui m'a emporté dans une aventure pleine d'actions, le personnage principal Nikko alias Nicholaï  Alexandrovitch Hel est un personnage hors normes et très intelligent. 

Il est né en Chine, orphelin très jeune, sa mère était une comtesse russe  Alexandra Ivanova et son père allemand, il sera pris en charge par un général japonnais Kishikawa après la guerre sino japonnaise qui l'éduquera comme son fils et lui fera transmettre tout ce que l'argent ne peut pas payer. 

Dans ce roman il y a des liens très forts entre les personnages, Hel découvre en lui un don particulier méditer et se transporter dans un lieu apaisant, une sagesse, l'amour pour les femmes, et le jeu de go. Toute sa vie il sera en quête du Shibumi tout en faisant de la spéléologie pour retrouver ses sens hautement amplifiés . Vous en apprendrez plus en lisant ce livre. 

Toute sa jeunesse il découvrira les joies de l'amour, il aime jouer au go mais après une vie entre la prison et les missions secrètes expéditives,  il prend une retraite paisible dans un coin retiré dans les montagnes du pays basque. 

Ce roman est écrit avec une plume exceptionnelle, il m'était impossible de ne pas tomber dans l'addiction alors j'ai savouré cette histoire qui jusqu'à la fin m'a prise aux tripes. 

Nicholaï est un être d'une sagesse incroyable qui vit dans son château mais lorsqu' une jeune femme vient lui demander son aide après un massacre dans une gare, c'est le début d'une nouvelle mission et d'une confrontation avec des gens d'un groupuscule très dangereux.

 L'auteur nous délivre ses pensées sur les divers pays cités dans son livre, ses opinions sont claires et même très amusantes. Pour mon avis Nicholaï est un artiste de la mort autant que de l'amour, un homme qui lutte contre le mal. 

Je peux confirmer que l'on ne s'ennuie pas en lisant un livre de Trevanian car sa plume est magique. 

Je ne vous en  raconte pas plus et  il me faut découvrir tous ces livres dont on m'a parlé et qui apparemment sont merveilleux, vivement le prochain. 

Pour ceux qui aiment les romans d'action, d'espionnage qui ouvrent l'esprit sur des faits historiques et politiques, lisez cet auteur qui pour moi est un grand auteur de la littérature américaine et un grand philosophe aussi. 

L'argent et le pouvoir font encore beaucoup trop de mal dans ce monde. 

Je vais lire les autres romans de Trevanian dès que possible. 


Auteur 





Écrivain inclassable, échappant à toute catégorisation, Trevanian est autant une légende qu’un mystère. Un auteur sur lequel les rumeurs les plus incroyables ont circulé et qui a attisé la plus folle curiosité du monde littéraire. Un écrivain sans visage dont les livres se sont vendus à plus de cinq millions d’exemplaires et ont été traduits en près de quinze langues sans qu’il ait jamais fait de promotion.

 

Tout commence par la parution de La Sanction en 1972, succès planétaire qui sera adapté au cinéma trois ans plus tard par Clint Eastwood. Le film connaîtra le même retentissement que le livre, mais toujours aucune trace du romancier : le livre a été publié sous l'anonymat le plus complet et à aucun moment l'écrivain ne dissipe le mystère.

 

Un an plus tard, Trevanian donne une suite à La Sanction avec L’ExpertMême succès, même silence de l’auteur.

 

Après trois années d’absence, Trevanian publie un roman policier dont l’action se situe au Canada, The MainÀ cette période, Trevanian a eu un corps. Celui d’un Texan qui faisait des apparitions lors de cocktails littéraires. Il s’avérera être un imposteur, de mèche avec le véritable Trevanian.

 

En 1979, pour le lancement de Shibumi, Trevanian accepte de donner une interview par téléphone et de lever un tant soit peu le voile sur ses inspirations et ses goûts littéraires - toujours sans révéler son identité. En 1983, il publie L'Été de Katya. À l’occasion de la parution de ce livre, qui tranche radicalement avec les précédents ouvrages, un article du Washington Post révèle qui se cache derrière Trevanian, et l’éditrice du Who’s Who in America renchérit : elle indique que le véritable auteur s’appelle Rodney Whitaker, qu’il est né au Japon en 1925, est titulaire d’un doctorat en communication et a été professeur à l’université du Texas.

 

Bien que l’auteur véritable ait été découvert, cela n’empêche pas le mythe de perdurer au rythme des parutions sporadiques de Trevanian : à la toute fin des années 1990, la rumeur court qu’il est mort (il l’avait déjà été en 1987), mais il publie bientôt un recueil de nouvelles.

 

À la publication d'Incident à Twenty-Mile, en 1998, le créateur de cet étrange auteur, dont tout le monde semble vouloir nier l’existence, se livre enfin dans deux entretiens réalisés par fax. Et le jour où le monde découvre qui se cache derrière Trevanian se révèle un autre mystère : celui de son créateur, Rodney Whitaker. Un écrivain protéiforme et inclassable qui aura écrit des ouvrages sur le cinéma et d’autres romans et nouvelles, sous son propre nom, sous le pseudonyme de Trevanian, mais également sous ceux de Benat Le Cagot (le nom d’un personnage de Shibumi), Nicolas Seare, Edoard Moran ou Jean-Paul Morin.

 

Il révèle que tous les pseudonymes qu’il utilise sont d’abord des personnages qu’il a lui-même créés. Après avoir eu l’idée du livre, Whitaker invente l’auteur le mieux à même de raconter l’histoire, lui donnant la voix, le style, le passé, le milieu social, tout ce qui fait de lui le meilleur écrivain pour ce texte précis. La clé du mystère Trevanian est là : ce besoin éperdu de liberté dans la création littéraire, le refus d’être associé à un nom de plume - en particulier pour pouvoir aborder tous les genres, toutes les histoires possibles -, l'’écriture avant tout.

 

À la question de son refus de se montrer, il répond : “Je préfère la dignité à la richesse.”

 

Depuis cette longue explication par fax, des éléments biographiques concernant Whitaker sont apparus. Né en 1931 à Granville, dans l’État de New York, il passe son enfance entre les côtes Est et Ouest des États-Unis. Une partie de sa famille a des origines indiennes du Canada. Il effectue son service militaire dans l’US Navy en Corée et au Japon, de 1949 à 1953. À son retour d’Asie, il s’inscrit à l’université de Washington pour y suivre des études de théâtre, avant d’obtenir un doctorat en communication à l’université Northwestern. Il enseigne la mise en scène au Dana College à Blair, dans le Nebraska, puis devient professeur associé à l’université du Texas, à Austin – département cinéma.

 

En 1970, il obtient le Esquire Magazine’s Publisher’s Award pour un moyen métrage, coécrit et codirigé avec Richard Kooris, intitulé Stasis et adapté de la nouvelle de Sartre, Le Mur. La même année, il publie sous son vrai nom The Language of Film, un essai sur le cinéma, avant de s’atteler au roman qui fera connaître Trevanian dans le monde entier.

 

Au milieu des années 1970, après avoir quitté l’université du Texas, il devient professeur à l’université Bucknell, en Pennsylvanie, ainsi qu’au Emerson College, à Boston, avant de quitter définitivement les États-Unis et de partager son temps entre la France, dans un petit village basque du nom de Mauléon, et l’Angleterre, à Dinden, dans le Somerset. Il y passera le reste de sa vie avec sa femme, rencontrée à Paris, et ses quatre enfants. Il meurt en 2005.


https://gallmeister.fr/auteurs/41/-trevanian