Followers

lundi 15 février 2021

Je rêve d'un monde ... de Victor Noël

Éditions Delachaux et Niestlé

 

4° de couverture 


« Je suis Victor Noël, j'ai 15 ans, et je suis passionné par la nature et ses habitants. J'invite chacun d'entre vous, quel que soit votre âge, à prendre conscience que nous faisons subir à la biodiversité une sixième extinction de masse, et que nous devons pour l'enrayer bousculer nos habitudes et repenser notre société. »

Naturaliste depuis le plus jeune âge, Victor Noël lance un appel à la raison dans ce petit livre engagé. De sa passion pour l'observation et l'identification de la faune, en particulier des oiseaux, est née une véritable fascination pour la biodiversité, menant tout naturellement à un désir de protection du vivant. Avec beaucoup de bon sens et un esprit pratique développé, il nous invite à prendre le même chemin vers la remise en question et l'action.
Il dresse d'abord un état des lieux de la situation actuelle : le vivant ne va pas bien. L'érosion de la biodiversité est le fait de 4 grandes causes liées aux activités humaines : destruction et dégradation des milieux naturels, surexploitation des ressources naturelles, introduction d'espèces exotiques dites envahissante, changement climatique. 

Pourtant, nous faisons partie intégrante de la biodiversité. Pourquoi donc cette autodestruction ? Convaincu de l'absolue nécessité de changer nos habitudes et notre système, Victor Noël éveille les consciences et invite à l'action. Il donne des conseils pratiques à la portée de tous, au niveau individuel (réduire sa consommation, changer ses habitudes alimentaires, créer un jardin plus accueillant pour la faune sauvage, sensibiliser son entourage, etc.), comme collectif (engagement associatif, participation à un mouvement citoyen).

 Il propose enfin de repenser une société plus écologique et de prendre conscience de la place importante que nous prenons dans la nature.

 Et si nous partagions l'espace avec les autres espèces animales ? 

 

Mon ressenti 

 

Un roman très bien écrit pour un jeune homme très engagé depuis son plus jeune âge, avec des magnifiques photos en illustration. 

Il a eu la chance de voyager depuis son plus jeune âge grâce à ses parents et de pouvoir nous livrer à travers son livre, ses combats, ses peurs et ses associations dont il tire et puise la force de vouloir sauver notre belle nature. 

Le capitaine Watson y est souvent cité, un homme que j'admire et que je soutiens avec force. 

Je vous conseille de découvrir l'univers de Victor qui puise son énergie avec la faune, la flore et les animaux. Nous vivons actuellement une terrible période où il est urgent de faire quelque chose, comme le colibri si chaque personne y met un peu du sien ça peut faire bouger les choses. 

Un enfant qui a la chance de vivre en pleine nature, et qui grâce a ses idées entraine les adultes à poursuivre ses actions pour ses diverses associations dont il milite afin de sauver notre belle Gaïa, mère nature a vraiment des beaux enfants.

Je vous conseille vivement de lire ce très beau livre qui va surement vous ouvrir les yeux sur les dégâts que subit notre planète par la faute des humains, de la surconsommation, de la chasse et la pêche intensive, de l’utilisation abondante de pesticides  etc...

 

 Auteur 

 

https://www.facebook.com/blogdevictor

https://www.20minutes.fr/planete/2466619-20190307-video-metz-victor-noel-adolescent-mosellan-veut-sauver-biodiversite

 Victor Nöel n'a que 15 ans et pourtant, il milite déjà pour l'environnement et la préservation de la biodiversité à travers ses vidéos. Portrait de cet adolescent inspirant. 

 https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/38535/victor-noel-ado-francais-passionne-convaincant-defenseur-biodiversite

Extrait de l'article, lien ci-dessus.

Son intérêt pour la faune et la flore est "intrinsèque à sa personnalité. C'est sa vie", constate sa mère, Sandra Noël, une chargée de mission de 42 ans. "Quand il est né, on écrasait les fourmis et les araignées. Quand il a eu 3 ans, c'est devenu interdit", raconte son père Vincent Noël, 47 ans, qui travaille pour une télévision locale associative.
Le fils a mené une "guerre" contre son père pour qu'il cesse de disséminer dans le potager des granulés biologiques afin d'éliminer les limaces, grignoteuses de salades. "A ses yeux, une limace a autant le droit de vivre que l'ours polaire", soupire M. Noël.

En septembre paraîtra aux éditions Delachaux et Niestlé un plaidoyer du jeune militant pour la biodiversité intitulé "Je rêve d'un monde...".
Adulte, Victor, qui joue du piano, suit des cours de dessin et s'intéresse à la permaculture, aimerait vivre en autonomie sur une parcelle. Et observer à loisir la nature autour de lui.

dimanche 14 février 2021

Pourvu que ça brûle de Caryl Ferey

Éditions Albin Michel

 4° de couverture 

 

 De la Nouvelle-Zélande à l'Australie en passant par l'Indonésie, la Jordanie, le Chili ou les États-Unis, un carnet de route très rock, l'autoportrait en noir et blanc de l'auteur de Zulu, Mapuche et Condor, Caryl Férey, chantre du thriller engagé, avec qui la réalité devient fiction survoltée.
Caryl Férey a grandi en Bretagne, près de Rennes, une terre qu'il aime pour ses côtes déchiquetées, ses concerts dans les bistrots et ses tempêtes. Grand voyageur, il a bourlingué en Europe à moto et fait un tour du monde à 20 ans. 


 Mon ressenti 

 

Ce roman est le récit des voyages de l'auteur qui lui ont permis de créer et d'écrire ses romans qui m'ont plongés dans des décors fantastiques avec des personnages attachants qui n'ont pas la chance d'avoir une vie facile. Souvent ses personnages sont des écorchés vifs qui sont abimés par une vie difficile où la violence, le sexe, l’alcool et la drogue ont fait des ravages irréversibles. 

 Que ce soit en Nouvelle Zélande, en Afrique du sud où en Amérique du sud, j'ai toujours pris beaucoup de plaisir à lire les romans de Caryl Férey. 

En lisant ce roman que je vous conseille, vous pourrez mieux comprendre les rencontres pendant ses aventures qui lui ont permis de faire vivre ces personnages sur les feuilles de papier.

L'amitié prends une grande place dans la vie de l'auteur et ses complices son surnommé avec des prénoms assez amusants. 

Je pense que certains auteurs ont la chance de pouvoir vivre leurs rêves, les voyages et les rencontres créent des moments inoubliables qui lui permettent  d’imaginer des histoires riches en sensations. De la lumière il peut nous faire sombrer dans la noirceur qui ressort de l'endroit qu'il nous décrit parfaitement avec ses souffrances et ses émotions. 

J'ai pu ressentir ses angoisses, ses peines mais aussi sa volonté de ne jamais lâcher et garder espoir même quand les moments étaient difficiles. Quand un auteur écrit ses manuscrits et qu'ils mettent beaucoup de temps à trouver un éditeur. 

Comme vous l'avez bien compris, j'aime beaucoup cet auteur qui a un don pour le roman noir et qui m'a permis souvent de voyager à travers ses écrits. Des romans percutants où la violence et les souffrances y sont vraiment très fortement ressenties. 


Un chemin vers le succès parsemés d'embuches mais qui a finalement permis de réaliser ses rêves, un auteur discret et humble qui se bat pour des causes justes et surtout un homme avide d'aventures et de libertés.

Je suis contente d'avoir lu ce roman assez autobiographique, divertissant et qui m'a encore plus ouvert les yeux sur la planète et l'imagination de Caryl Férey.  



Auteur 

 

Caryl Férey (photo source Gallimard)

 

 



Caryl Férey est un écrivain et un scénariste français né à Caen.

Il a grandi en Bretagne après que sa famille se fut installée à Montfort-sur-Meu près de Rennes en 1974.

Grand voyageur, il a parcouru l'Europe à moto, puis a fait un tour du monde à 20 ans. Il a notamment travaillé pour le Guide du Routard.

En 1994 paraît chez Balle d'Argent son premier roman "Avec un ange sur les yeux". Il sort la même année son premier polar, "Delicta Mortalia : péché mortel", puis quatre ans plus tard le très remarqué "Haka" (1998).

Il écrit aussi pour les enfants, pour des musiciens, le théâtre et la radio. Il se consacre aujourd'hui entièrement à la littérature.

Il a obtenu le Prix SNCF du polar 2006 pour "Utu" (2004) et le Grand prix de littérature policière 2008, le Prix Mystère de la critique 2009 et le prix Jean Amila au Salon du livre d'expression populaire et de critique sociale d'Arras 2009 pour "Zulu" (2008).

En 2013, "Zulu" est adapté au cinéma, réalisé par Jérôme Salle d'après le roman homonyme, avec Orlando Bloom et Forest Whitaker.

"Mapuche" (Série noire, 2012) obtient le Prix Landerneau Polar 2012 ainsi que le Prix Ténébris en 2013.

En 2015, il est le parrain de la 11e édition du salon Lire en Poche.


Depuis, il n'a plus cessé de le parcourir. En 1998, Haka a marqué ses débuts d'auteur de polar. Suivront Utu, Zulu (grand prix des lectrices de Elle policier, prix Quais du polar, etc.), Zulu est adapté au cinéma en 2013. 

https://www.youtube.com/watch?v=tInmoz9PhYQ 

 Condor est paru en mars 2016,,Plus jamais seul est paru en février 2018, Paz en octobre 2019, Lëd en 2020 aux éditions les arènes. 



vendredi 22 janvier 2021

Zippo de Valentine Imhof

Éditions Rouergue noir

 

4° de couverture 

 

Lorsqu’ils se sont rencontrés, elle était très jeune. Il lui a fait porter un loup noir, il l’a appelée Eva, il lui a appris à jouer avec le feu. Il était le maître de ses émotions, de sa volonté, de sa souffrance. Il l’a perdue. Où qu’elle soit, où qu’elle se cache, il lui manque, il en est persuadé. Il ne cesse de la chercher, son zippo à la main, qu’elle reconnaîtra entre mille. Ce son unique quand il l’ouvre du pouce avant d’en faire rouler la molette, et le claquement sec du capot sur charnière qui étouffe abruptement la flamme charment sa solitude en ce neuvième anniversaire de leur rencontre. Mais comme elle tarde à ressurgir, il décide de lui laisser des messages.Et affole la police. Parce que ces blondes aux visages brûlés retrouvées mortes sur les bancs de Lincoln Park à Milwaukee, elles soulèvent les cœurs. Les lieutenants Mia Larström et Peter « Casanova » McNamara vont devoir faire la paix pour remonter jusqu’au tueur pyromane. Plus encore, démêler leurs parts de fureur et de nuit, se débattre avec les questions qui roulent dans leurs têtes jusqu’à l’usure, affronter ce qu’aucun lavage de cerveau n’a pu extraire de leurs mémoires.
Avec ce roman ardent où des enquêteurs cagoulés de cuir traquent le détenteur d’un briquet à essence dans des loges de bondage, Valentine Imhof ouvre le reliquaire des douleurs du passé et nous donne la fièvre.


Mon ressenti 

 

Un roman noir qui se dévore très vite, j'avais du mal à le lâcher car l'histoire est très prenante.

Des cadavres carbonisés de belles femmes blondes commencent à faire surface. 

 Pour pouvoir bien suivre cette enquête menée par une belle suédoise Mia Larström et son Casanova de partenaire McNamara, il va falloir faire un saut dans leurs passés respectif qui cache des terribles secrets.

J'ai vraiment pris un énorme plaisir à lire ce livre qui m'a emporté dans un univers assez particulier. Dans le monde de la nuit, du sexe, du SM, de l'alcool et de la drogue.

Quand le FBI va débarquer ça fera l’effet d’une  bombe  dans l’enquête de  nos deux inspecteurs qui vont devoir affronter leurs propres démons du passé. Ça commence à sentir le brulé. Je me suis attachée au personnage de Mia qui est vraiment une femme puissante, musclé et intelligente mais qui garde quand même une part de faiblesse, surement du à sa part d'ombre. McNamara lui est le genre de mec relou qui aime se venter et qui est accroc au sexe, surement pour combler aussi un gros vide qui grouille en lui. 

C'est un grand moment d'actions et de rebondissement afin de mettre la main sur cet homme au Zippo qui reste depuis des années comme un fantôme harcelé par sa vie. La mort serait surement mieux pour lui.

Le tueur est assez particulier car il use de son charme pour envouter ses proies, il prend plaisir à élaborer des pièges afin de les regarder se consumer comme des marionnettes. Mais son ultime but est de la retrouver, celle qu’il a dans la peau, la mystérieuse Eva.

Il vous faut absolument découvrir ce roman qui est vraiment excellent, ça change vraiment de nos polars habituels et il fait un effet incroyable. Que de surprises et de moments inattendus jusqu’à la dernière page et une petite pointe de vengeance.

 Un grand bravo à Valentine Imhof pour son deuxième roman, un gros coup de cœur pour moi.

 

 Auteure 

 

Valentine Imhof chez Hisler Metz

 


Valentine Imhof est née en 1970 à Nancy.

Elle est titulaire d'une maîtrise et d'un DEA en littérature et civilisation américaines.

 C'est une spécialiste de l'œuvre de Henry Miller. Elle publie sa biographie en 2017 aux éditions Transboréal sous le titre "Henry Miller, La rage d’écrire".

Elle a enseigné pendant deux ans aux États-Unis, dans une université du Midwest. De retour en France, elle a travaillé comme pigiste pour "le Républicain lorrain".

Elle obtient un CAPES de lettres modernes en 2005 et enseigne le français dans un lycée de Saint-Pierre-et-Miquelon depuis plusieurs années.

Son premier roman, "Par les rafales", sort au Rouergue en 2018 et "Zippo" en 2019 aux éditions Rouergue noir.

samedi 16 janvier 2021

Zykë l'aventure de Thierry Poncet

Éditions Taurnada

 

 4° de couverture 

 

  Au fond d'un PMU de la rue du Faubourg-Saint-Martin, je tends le texte d'une de mes nouvelles à l'aventurier de la mine d'or. 

Il lit les premières lignes et déclare : « C'est toi » comme il cracherait deux écorces de graines de tournesol.

 Il aurait pu dire : « Je viens de décider de t'emmener avec moi, aussi ton destin va-t-il basculer dans les minutes qui suivent, tu vas connaître le monde entier, les grandes ivresses, le sexe, l'amour et le danger, et tu vas devenir écrivain d'une manière que tu n'aurais jamais imaginé. » Mais non. 

Juste : « C'est toi. »


 Mon ressenti 

 

Thierry Poncet qui a voyagé à travers le monde en compagnie du célèbre écrivain Cizia Ziké, C'est lui le mieux placé pour écrire tout ce qu'ils ont vécu, leur complicité et parfois leurs descentes aux enfers.

Il nous raconte toutes leurs péripéties avec une plume agréable à découvrir leurs vies d’épicuriens, les fêtes, le jeu,  l' amour, les femmes, l’alcool et la drogue. Il y a quelques passages assez crus mais ça reste dans le style de ces hommes qui croquaient la vie à pleines dents.

Je me suis embarquée dans des pays où nos compères ont bourlingué. 

L'Albanie pays de ses ancêtres, Chercheur d'or en Amérique du sud, Boxeur en Thaïlande, Vendeur de voiture en Afrique, l’Australie avec ses amies aborigènes, cet aventurier aimait beaucoup jouer et ils ont vécu des moments de folies.

C'était un homme de caractère qui n'avait peur de rien, il a toujours de nouvelles idées pour voyager avec toute son équipe dans des situations toujours très surprenantes.

 Parfois sa femme et sa fille sont du voyage et parfois c'est seul avec ses amis. Parfois il prend des risques quand il se trouve dans des pays où ça craint, il n'hésite pas à se balader avec son flingue mais il arrive toujours a se sortir des situations les plus périlleuses.

 Il y a une seule chose qui ne quitte jamais Thierry, c'est sa machine à écrire qu'il usera jusque au bout de l'aventure où l'ordinateur prendra petit à petit sa place.Il aura été un peu comme son ange gardien et son compagnon de route.

 Tout se passe toujours très bien quand l’argent est là mais dès que les caisses sont vides, ils leurs faudra travailler, écrire et publier des nouveaux romans à sensations.Trouver de nouveaux éditeurs sera parfois difficile mais quitte à quitter le pays, il trouve toujours des solutions.

Cizia est un meneur qui ne renonce jamais à voyager et dès que ça sent le roussi, ils se cassent et  prennent l’avion en direction de nouveaux horizons. J’ai lu ce roman doucement car je ne connaissais pas beaucoup cet écrivain qui a disparu en 2011, ni l’auteur de ce roman qui devait avoir un lien très fort avec cet homme charismatique.

Suite à cette lecture je pourrais surement avoir envie de découvrir ses romans qui doivent être passionnants comme celui-ci.

Je suis contente d'avoir découvert ces deux auteurs qui m'ont permis de voyager, le confinement ne doit pas être une prison pour l'esprit et je vous conseille de le lire pour partir très loin.  

J'étais assez triste de le terminer et que ça soit fini, poil au kiki. 


Cizia Ziké et sa Rolls Royce


 Citation: 

 
"Je le contemple, ce colosse quasi à poil. La tête de mercenaire bachi-bouzouk.
La pépite qui luit sur le torse.
L’index barré d’une bague de pirate sculptée à Bali.
Son geste ample quand il porte le joint à la bouche.
Le souffle de dragon au épicé de délires et d'aventures qu’il exhale."

 

Un petit lien pour visionner un documentaire sur Cizia Zikë, ci dessous:

 https://www.youtube.com/watch?v=5IN3g0_-2yo

 

Auteur 

 

Thierry Poncet (source : Taurnada site)

 

 

Thierry Poncet, né le 31 décembre 1960 dans le petit village où ses parents sont instituteurs, se destine très tôt à l’écriture. 

Il est encore au lycée à Paris quand il publie ses premières nouvelles dans des fanzines underground. 

Dans les années 80, il devient rédacteur pour des séries populaires, telles Brigade Mondaine et Le Survivant. « Ça m’obligeait à écrire à fond la caisse et ça me rapportait du fric », explique-t-il. Mais c’est en 1984 que son destin d’écrivain bascule, quand il fait la rencontre de Cizia Zykë.

 L’écrivain-aventurier de légende le choisit comme assistant et l’emmène avec lui dans une succession de voyages autour du monde qui durera vingt-cinq ans. 

De leur collaboration naîtront les récits d’aventures Oro, Sahara, Parodie, Oro & Co, ainsi que de nombreux romans, dont Paranoïa et Buffet campagnard.

 Tous ces ouvrages seront de grands succès de librairie. À la mort prématurée de Cizia Zykë en 2011, Thierry Poncet se retire dans une forêt de Franche-Comté, où il se livre désormais en solo à sa passion de toujours : l’écriture. 

Avec HAIG, Thierry Poncet nous offre une série de romans aussi truculents que dépaysants. https://www.taurnada.fr/catalogue/haig/