Membres

lundi 20 juillet 2015

Le jeu de l'ombre de Sire Cédric



4° de couverture 


Mais que pouvait bien chercher Malko Swann Une overdose d'adrénaline, la sensation ultime, le sentiment de liberté ? Pourquoi roulait-il aussi vite en pleine nuit sur une route de campagne étroite et sinueuse jusqu'à faire une chute de trente mètres en bas du pont du Diable ? Atteint d'un traumatisme inexplicable, le musicien est désormais incapable d'entendre la musique. Mais il ne s'agit que du début de sa déchéance. Dans l'ombre, quelqu'un l'observe... quelqu'un qui veut jouer avec lui. Un jeu a goût de sang... Il s'engage alors dans un combat désespéré. L'art singulier du suspense de Sire Cédric, sa fascination du vertige et son plaisir manifeste à manipuler le lecteur donnent à ce roman une saveur particulière : l'envie de sympathiser, le temps d'un livre, avec ceux qui sont tombés dans l'obscurité du mal.

Mon ressenti  

Quel régal encore un livre qui sort de l'ordinaire , une histoire comme je les aime foudroyante, frissonnante à souhait.
 Le personnage de Malko Swann est excellant, il va nous entrainer avec lui dans sa descente aux enfers, toutes ses femmes qu'il a séduite, qu'il a mis dans son lit , elles vont toutes s'en mordre les doigts.
 J'ai bien aimé aussi le personnage de Vauvert qui est un flic hors normes , impressionnant par sa taille et sa puissance,  il va devoir se charger de cette enquête très difficile.
Sire Cédric à vraiment un don pour nous plonger dans son univers passionnant et fantastique ou le mal prend emprise sur nos personnages . Beaucoup de sang coule, une intrigue et du suspens , je ne peux que vous le conseiller, même les personnes qui n'ont pas goût au thriller fantastique ont été conquise par cette histoire.
Un jeu vraiment envoutant qui laissera aucuns lecteurs sortir indemne. Un grand bravo 

" Sans musique la vie serait une erreur . Friedrich Nietzsche "

J'ai bien aimé aussi cette phrase dans les remerciements de l'auteur :

Il faut que je me confesse. Chaque fois que je commence à écrire, cette vieille angoisse me revient, toujours la même. Seras tu capable d'écrire cette histoire ? me murmure ma propre voix vicieuse pleine de rasoirs et de cyanure. Tu n'espères tout de même pas que la magie va surgir à nouveau?

Et ben je vous rassure, elle est bien là et j'ai adoré    

2 commentaires: